À en faire s'emmêler le réseau


Alors oui, Bangkok est un foutoir sans nom, avec une circulation improbable, une pollution démultipliée par la chaleur moite, et un vacarme constant. Mais ce n'est pas une raison pour oublier de rouler avec style ! Bien entendu il y a la multitude de taxis aux couleurs acides qui viennent vous agresser visuellement à chaque coin de rue, mais il y a aussi des gens qui ont un certain goût pour les sorties stylées, pour les virées à deux ou à quatre roues au volant d'un bolide qui a bien fière allure.


Parcourir la ville est déjà une sacrée aventure en elle-même, de lorsque l'on s'en va sillonner les petites allées, les grands boulevards. Mais en tant que petits voyageurs, on se retrouve souvent assis à l'arrière d'un taxi remplis d'amulettes avec un chauffeur plus ou moins sympathique, la clim branchée sur 12 degrés, et des vitres tintées qui nous font croire qu'une tempête approche. Mais peut-être que notre âme d'aventurier aura voulu se lancer dans l'expérience du Tuk-tuk, où l'on se retrouve entassé sur un tricycle hors de prix, avec nos belles gueules de touristes bien ravi de notre transport exotique et de sa vue imprenable sur les pots d'échappement des voisins. On est bien beau dans nos virées en villes, des virées bien à nous, ou l'on en prend quand même plein les mirettes de ces pagodes dorées qui se découvrent à chaque coin de rue, des ces arbres immenses qui bordent les rues, des temples et des marchés, des odeurs qui finissent toujours par venir quand même un peu nous faire saliver (même mélangées aux pots d'échappement, le curry ça reste délicieux !), alors on se dit que l'on vit là notre vraie expérience thaïlandaise, que l'on savoure notre petit dépaysement et les joyaux des bords de route. Mais que dire de parcourir ces mêmes rues, de découvrir ces mêmes temples, de vivre ces mêmes aventures, sur une jolie bécane et orné d'un casque presque à pointe ? Ou au volant d'une belle Mercedes vintage bien lustrée à en faire s'emmêler le réseau électrique ? Là, l'aventure doit commencer à prendre une sacrément chouette dimension, et je me demande si la ville prend alors les mêmes visages, si l'on se fait arrêter par les mêmes détails, si l'on se fait ennuyer de la même manière, si ce joli emballage qui enroberait nos petits yeux ébahis nous magnifierait alors ce spectacle, ou s'il le ferait oublier, l'obstruant en faisant passer la forme avant le fond. À vrai dire ce n'est pas bien grave, nous n'avons pas trop eu le choix, et nous sommes cantonnés à nos taxis et nos petites jambes de grands sportifs, mais au moins ces jolies bolides ont eu le mérite de venir casser un peu le kitsch et le too-much des ribambelles véhicules multicolors, d'y donner une touche de style, et de nous faire encore plus apprécier, de leur extérieur, notre aventure thaïlandaise.