Des prières de cours d'eau


Petit retour dans le Sichuan aujourd'hui. Nous étions sur le chemin du retour vers Chengdu, à la recherche d'un magnifique temple accroché à la falaise, mais manque de bol, la route venait d'être refaite. Notre chauffeur n'étant pas venu depuis un moment tente de passer par l'ancienne route, mais celle-ci a été fermé, et notre tentative fut rapidement avortée. À la recherche de la nouvelle route, nous nous égarons dans quelques détours, jusqu'à tomber sur un petit village traversé par un petit cours d'eau. Sur ce cours d'eau, des petites cabanes difficilement identifiable depuis la route. Je demande alors à m'arrêter pour voir ce qu'il en est. Et là c'est un magnifique spectacle au son de l'eau qui s'écoule sous mes pieds et d'un couinement quelque peu inattendu.


Ces petites cabanes sont toutes habitées par de petits moulins à prières, tous alimentés par le cours d'eau, les faisant ainsi tourner indéfiniment, laissant les prières s'envoler dans les montagnes alentours. C'est donc une véritable valse de moulins à prières, tels des roues à eau, qui s'articule devant moi. Décidant de descendre alors un peu la rivière, le spectacle continue avec de magnifiques rochers ou de multiples mantras sont gravés et peints de sublimes couleurs. C'est une tradition bien Tibétaine, que de décorer les rochers des cours d'eau, durant notre séjour il a été assez fréquent d'en rencontrer sur notre route. Mais des moulins à prières à eau, ça jamais, ce fut une première. D'habitude on les retrouve accrochés sur les cols, là où les vents soufflent sans relâche, faisant ainsi tourner les moulins à prières à vent, et emportant les prières par delà les montagnes. Le Sichuan est une province pleine de surprise, et s'enfoncer dans la partie Ouest, en grande partie Tibétaine, est une garantis d'un émerveillement permanent, à chaque détour, à chaque fausse route que l'on prend, il y a toujours une belle surprise à la clé. Vivement le prochain voyage dans cette région fantastique.