Les garçons de l'eau


Le regard au loin, allongé sur son muret, guettant les petites vagues, les remous, les bulles, agitant sa ligne, attendant la prise du jour, peut-être, mais surtout flânant un peu là, seul, au bord de l'eau, du grand lac Pichola, au cœur de la magnifique cité d'Udaipur. Au beau milieu Rajasthan, loin du grand désert que nous avons traversé auparavant, ici la vie se tourne vers l'eau, vers ces grands lacs artificiels qui sculptent le paysage aux pieds du palais. La vie s'organise tout autour, dans ce petit coin de paradis relativement rural, qui hormis les quelques luxurieux lieux touristiques, se révèle être relativement petit et pauvre. Il n'est pas rare alors de voir le monde se presser aux alentours du lac principal, regardant s'écouler le temps, où s'adonner à une petite partie de pêche.


Les garçons surtout... Bien rare de voir des filles, des femmes, tuer le temps, bien rare de les voir sortir de leurs rails, bien rare de les voir tout court parfois. Les commerces, les transports, le temps libre, tout cela appartient aux hommes, aux garçons, peut importe le chaud ou le froid, le désert ou le lac, musulmans ou hindous, la société est un grand socle uni, immuable, dont je suis sûr tout le monde a déjà entendu parler, mais qui arrive cependant toujours à surprendre une fois sur place, ou même de retour, en regardant ces images.


Malgré tout il règne un certain calme ici, où l'eau dicte son rythme, loin du tumulte des petites ruelles de la ville, c'est un petit trou d'air, et d'eau, qui s'offre à la population, où il fait bon de s'extirper un moment, là où le temps semble se figer pour un instant, dans un pays en mouvement perpétuel, et offrant en quelques pas, arrivant sur les berges, le silence.