Mélodie en dents-de-scie


Je n'allais tout de même pas vous laisser sans une petite histoire pour fêter l'arrivée du livre ! C'est donc pour une petite promenade hivernale sur Shanghai que je vous emmène aujourd'hui. C'est dans le parc Jing'an, en plein centre ville, lors d'un vendredi après-midi de décembre ensoleillé que j'ai décidé d'aller décrasser deux appareils photos qui n'avaient pas bougés depuis nos folles aventures indiennes.


C'est une mélodie qui a alors attiré mon attention, dans un coin du parc, émanant d'un petit attroupement au milieu duquel je tente alors de me frayer un chemin. Je tombe nez-à-nez avec ces deux joueurs de scie musicale, en pleine communion avec leurs grands lames sans-dents, faisant chanter l'hiver au cœur du grand vacarme de la ville, brisant le silence de cette oasis de calme incrustée au milieu de ces entrailles urbaines. Ils sont en totale communion avec leur musique, figeant la foule passant trop près, l'attirant d'un magnétisme sonore.



J'étais sur la fin de ma petite sortie, en route direction le labo pour faire développer mes pellicules test, mais en avait heureusement aussi pris une supplémentaire par précaution, un reste de l'Inde, sait-on jamais, car on n'a pas besoin d'aller bien loin pour découvrir de belles histoires, ou pour se sentir embarqué pour une petite aventure, aussi musicale soit-elle. L'occasion donc de prendre donc 10 petites images, et de profiter de cette mélodie. Les gens viennent, les gens passent, et les scies chantent tandis qu'un joueur de castagnettes donne le rythme sur un banc d'à côté.