L'arbre aux étoiles


J'imagine bien qu'aujourd'hui vous ne serez pas nombreux à trouver le temps d'ouvrir cette carte postale, les yeux rivés sur votre arbre du jour, les cadeaux, mais avant tout la famille, et une belle et bonne bouffe comme on sait encore en faire. Du coup je voudrais profiter de ce 25 décembre pour vous partager mon arbre du jour à moi, loin de vos couleurs de Noël, loin de toutes ces préoccupations chrétiennes, loin d'un certain consumérisme aussi, mais où une bonne bouffe était tout de même la bienvenue.


C'est donc sur les routes sablonneuses des alentours de Jaisalmer que je vous emmène aujourd'hui, pour un premier aperçu du désert du Thar, à la recherche d'un graal perdu dans nos grosses villes pleines de belles lumières, la beauté d'une nuit noire, l'immensité d'un ciel étoilé. Ce fut certainement l'une de nos plus belles aventures lors de ce séjour en Inde, un retour aux essentiels, loin de tout.


C'est lors de notre dernière journée sur place que nous sommes partis, chargés dans notre 4x4, découvrir les étendues sauvages du désert, avec comme objectif une petite cabane perdue aux abords de quelques dunes et de grands espaces désertiques, où seuls quelques broussailles et arbustes venaient agrémenter le paysage fait d'une herbe rase et sèche, et cet arbre tortueux, affublé d'une jarre en terre cuite vide à ses pieds, marquant notre destination finale. Nous nous sommes installés là en fin d'après-midi pour profiter du soleil se couchant sur les dunes puis d'un petit repas local.



C'est le ventre bien remplis que nous nous sommes alors allongé dans le noir, appréciant le bruit du rien, le seul souffle d'une très légère brise venant nous chatouiller les sens, et admirant ce bout de désert s'enfonçant dans la nuit. Nos yeux ont finis par s'habituer à cette obscurité devenue si inhabituelle pour nous citadins, et nous finissons même par presque voir là où nous mettons les pieds, alors que nous profitons du spectacle somptueux nous entourant.


Voilà alors venus le temps pour moi de tenter d'immortaliser l'instant, armé de mon gros appareil et de ses petites pellicules , un peu de courage, beaucoup de patience, et voilà donc le trépied planté dans le sable. C'est partis pour 8 minutes de pose, et le temps s'arrête alors, se mettant à défiler sous nos yeux, nous révélant cette fameuse rotation de notre terre vraiment pas plate, gravant de couleurs les étoiles, un recueil de températures infini, une esquisse naturelle de notre monde.


Sur ce, je vous souhaite un joyeux Noël à tous, la tête dans les étoiles, pour de beaux moments en famille ou entre amis afin de finir cette année.